Conférence de Damien Olivier, jeudi 12 juillet 2018

Programme : Mémoire(s)

To bits or not to bits…

En vieillissant nos ordinateurs perdent la mémoire. Ils ont beau RAMer, ils oublient.

Nos informations, nos données, nos souvenirs sont maintenant stockés sous la forme de bits et peut-être demain de qbits sur des supports dématérialisés locaux ou dans la nébuleuse du cloud. Cette mémoire de demain est fragile et labile, elle s’évanouit au fil du temps et nous ne pouvons plus la relire, prisonniers de la technologie. La question se pose au niveau des états, mais aussi des individus et des familles, comment ce patrimoine peut-il être conservé et transmis ?
Pour comprendre ce phénomène, nous reviendrons sur la technologie et ses failles et nous essaierons de faire un tour dans un futur possible peuplé de qbits, de quartz ou d’ADN.


Damien Olivier est Professeur en informatique à l’université du Havre – Normandie. Ses activités de recherche portent essentiellement sur la modélisation des systèmes complexes et plus particulièrement sur les problèmes d’interactions. Il fait partie de l’équipe : RI2C (Réseaux d’Interaction et Intelligence Collective) du LITIS. Co-directeur du LITIS (Université du Havre), il est la cheville ouvrière des 29’, cycle de mini-conférences invitant à la découverte, à la rêverie, à l’échange, au partage ou encore à la surprise au travers d’exposés fait par des chercheurs de l’ULHN et des extérieurs.

Conférence de Gilles Couderc, jeudi 14 juin 2018

Programme : Mémoire(s)

Mémoire et parabole dans les opéras de Benjamin Britten (1913-1976) 

Fidèle à sa conception de « l’art de la parabole »  et à sa conception de l’artiste, porteur d’une conscience sociale, le compositeur Benjamin Britten invite le public de ses opéras à la relecture des grands événements de son passé et à la confrontation avec le présent dans sa volonté de le faire réfléchir aux problèmes dont souffre son demi-siècle et l’humanité en général. Aussi, les opéras qui sont l’objet d’une commande ou d’un soutien officiel, Peter Grimes (1945), The Rape of Lucretia (1946), Billy Budd (1951), Gloriana (1953) et Owen Wingrave (1971) rappellent aux Britanniques des épisodes de leur histoire tout en les encourageant à relire leur présent et fustigent une société aux hiérarchies suffocantes et aux inégalités sociales insupportables, soumise aux angoisses de la Guerre Froide et de la menace nucléaire, tout en s’attaquant à l’éternel problème du Mal, dont la Shoa reste un exemple manifeste.


Gilles Couderc est Maître de conférences à l’université de Caen Normandie. Sa thèse de doctorat porte sur les livrets et la musique des opéras de Benjamin Britten, Des héros au singulier, les héros des opéras de Benjamin Britten (Sorbonne, 1999). Il a publié plusieurs articles sur les opéras et les œuvres de Britten et Ralph Vaughan Williams et organisé de nombreuses conférences à l’université de Caen sur les livrets d’opéra inspirés par le monde anglophone et en a édité les actes dans la revue électronique LISA. Il a co-édité avec J-P. Héberlé un numéro spécial de La Revue Française de Civilisation Britannique sur la musique et la construction de l’identité nationale anglaise: Musique, nation et identité : la renaissance de la musique anglaise, http://www.cercles.com/rfcb/rfcb17-4/17-4.pdf.

Conférence de Fanny Duthil, jeudi 17 mai 2018

Programme : Mémoire(s)

Mémoire et autobiographie : femmes aborigènes d’Australie

Les autobiographies des femmes aborigènes d’Australie se veulent avant tout des témoignages historiques sur la condition du peuple premier d’Australie et les relations entre les Australiens blancs et les Aborigènes pendant la politique d’assimilation. Toutefois, l’autobiographie étant un genre au seuil de la littérature et de l’Histoire, se pose la question de la relation entre mémoire, histoire et Histoire. La mémoire du vécu peut-elle se substituer au travail de l’historien ? À travers les différentes stratégies employées par les auteurs aborigènes, nous verrons jusqu’où ces récits de vie peuvent apporter une version autre de l’histoire australienne et participer à la véracité historique des relations entre Blancs et Aborigènes.


Fanny Duthil est Maître de conférences à l’université du Havre – Normandie. Membre de l’UMR 6266-IDEES, ses thématiques de recherche se concentrent sur la construction identitaire, que ce soit l’identité singulière ou l’identité plurielle via divers supports tels que les récits de vie et les autobiographies, l’histoire orale, les récits de voyage. Le rôle de la mémoire dans la construction identitaire est également pris en compte. Ses thématiques se focalisent principalement sur l’Australie (et en moindre mesure sur la Nouvelle-Zélande). La composition multiculturelle de la société australienne fait de la dimension identitaire un réel challenge de la gestion de la diversité ethnique. Fanny Duthil a publié, entre autres, Histoire de femmes aborigènes (PUF 2006).

Conférence de Jacqueline Charles-Rault, jeudi 19 avril 2018

Programme : Mémoire(s)

Skin Deep

En Polynésie, le tatouage est une pratique ancestrale. Le Ta moko pour les Maoris est beaucoup plus qu’un art : c’est un patrimoine vivant et visuel qui préserve et transmet, via la peau, la mémoire de la famille, de la tribu. Le tatouage relie celui qui le porte à son whakapapa (généalogie). Le Ta moko facial servait autrefois à distinguer les tribus et à identifier les personnes de haut rang. Les motifs des tatouages composés de sillons sont inscrits, selon la tradition, dans la peau, à l’aide d’un burin ou de ciseaux : c’est une technique qui nécessite du temps et qui est extrêmement douloureuse.
Cette conférence évoquera la tradition du Ta moko, sa résurgence dans les années 1990 et la réécriture de cet art par les artistes contemporains. Une attention particulière sera portée aux tatouages samoans, tatau – le Pe’a (masculin) et le malu (féminin), et à leur reprise dans le champ plastique et artistique.


Jacqueline Charles-Rault, Directrice du service culturel de l’Université Le Havre Normandie, PRAG d’anglais à l’UFR ST, membre permanente du GRIC, est docteur de l’ULHN. Sa thèse étudie la pratique artistique de quatre artistes Maori contemporaines. Son domaine de recherche englobe l’art contemporain du Pacifique, plus particulièrement des artistes de Nouvelle-Zélande et porte principalement sur les femmes Maori. Membre du bureau de Pacific Arts Association (PAA), Jacqueline est co-rédactrice en chef de PAA Newsletter.

Conférence de Lamia Dzanouni-Brousse de Laborde, jeudi 15 février 2018

Programme : Mémoire(s)

L’histoire croquée par le dessin de presse : De la mémoire sélective à la mémoire collective de la guerre de Sécession

L’histoire officielle est l’expression fantasmée du pouvoir dominant qui l’impose avec une violence inouïe comme « consensuelle ». Ce discours dresse des icônes, lisse les mémoires et gomme tout fait et événement contrariant sa vision de l’histoire ; celle qu’il construit, diffuse et impose au nom de l’union nationale. Dès lors, contester l’histoire officielle, réputée neutre où le récit s’élaborerait in abstracto, permet à l’histoire des marges de neutraliser le discours raciste. Qu’il s’agisse du choix des sources primaires, de l’étude de la censure pendant la période de la guerre de Sécession, ou encore de la manière dont les historiens de la Dunning School ont, par la suite, élaboré une mémoire sélective des récits du conflit fratricide – connue comme la Lost Cause – cette conférence s’attachera à démontrer que l’engagement de l’historien réside en fait dans la connaissance plus profonde des événements puisque l’histoire depuis les marges permet d’accéder à un plus large éventail de sources et de se hisser à plus d’objectivité.


Lamia Dzanouni-Brousse de Laborde est Docteur de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur l’importance du dessin de presse dans le combat des Noirs pour leurs droits, dans une perspective à la fois américaine et française, lors de moments-clés entre la guerre de Sécession et le mouvement des droits civiques d’une part, et la France coloniale et les guerres de décolonisation d’autre part. Elle a publié, entre autres, “The Crisis and African American Literature 1919-1925: Writing History, Promoting Literature, Redefining Publishing” European Journal of American Studies, « L’influence de la presse ou la presse sous influence(s) ? L’exemple du Harper’s Weekly (1857-1916) » Mentalités/Mentalities Volume 29, Number 4, 2017 http://mentalitiesjournal.com/current-edition/

Conférence de Dominique Smith, jeudi 14 décembre 2017

Programme : Mémoire(s)

Mémoire, réalité et les arts : une construction de l’identité dans les œuvres de Tracey Moffatt

Tracey Moffatt est aujourd’hui considérée comme l’une des grandes artistes de l’Asie du sud-ouest, et même si elle est très peu connue en France, sa renommée est internationale depuis qu’elle vit, travaille et expose, non seulement en Australie mais aussi à New York.

Depuis ses premières œuvres, que celles-ci renvoient à des images fixes ou des images filmiques, le travail de Tracey Moffatt explore la notion d’identité.

L’intermédialité, l’interpicturalité, l’intertextualité sont les principaux ressorts de sa création. L’artiste combine des éléments naturels immédiatement identifiables, grâce à la capture photographique de pans de réalité, et des montages de plusieurs éléments pour présenter des images composites et fabriquées plus difficilement lisibles. Mais par la juxtaposition et la mise en parallèle d’éléments culturellement différents, Tracey Moffatt permet, à un nouveau public non-australien, au-delà de la qualité des images et du plaisir esthétique qu’elles peuvent donner, d’y décrypter, non seulement un message spirituel et universel, mais aussi un message critique de la société australienne contemporaine et de la société contemporaine en général.


Dominique Smith est PRAG d’anglais à l’Université Le Havre-Normandie. Directrice du département d’anglais et Vice-Doyen de la FAI, son domaine de recherche englobe les arts et la littérature d’Australie et de Nouvelle-Zélande.

Conférence d’ Elizabeth Durot-Boucé, jeudi 16 novembre 2017

Programme : Mémoire(s)

Horace Walpole : Mémoires d’un jeune homme dérangé

On célèbre cette année le tricentenaire de la naissance d’Horace Walpole. Ce travail de commémoration entreprend de mettre au jour la personnalité complexe d’un auteur et d’un homme à la fois unique et bien représentatif de son époque, dont le témoignage sur son temps se décline sous une forme bougrement originale, bigarrure artistique alliant le romanesque, l’amateurisme et l’historique. Ce qui fait toute l’originalité des « Mémoires » de Walpole, de son œuvre-somme, c’est leur caractère multiple et multiforme (architectural, romanesque et littéraire) : une réalisation architecturale : Strawberry Hill ; une collection exceptionnelle d’objets précieux ; un témoignage « authentique » : sa correspondance ; et une création romanesque mémorable : le premier roman gothique, The Castle of Otranto (1764). Homme de lettres, critique, dilettante, « antiquaire », Horace Walpole est sans doute l’une des figures les plus caractéristiques du e XVIII siècle. Portant témoignage de sa mémoire, par son expérience unique, individuelle et exemplaire à la fois, par sa parole et par ses actes, il jette un pont entre le particulier de son existence individuelle et le général de l’histoire collective, construisant un lien entre l’individu et le groupe. Ses « Mémoires », cette œuvre-somme multiforme, constituent le récit de la construction d’une identité, sa correspondance comme ses créations artistiques (architecturale et littéraires) et ses collections rapportant les tâtonnements, l’évolution, puis la mise au jour de sa personnalité énigmatique. Son détachement de sa famille et de son temps, notamment par le recours au gothique, permet son cheminement propre, et son legs à la postérité comme l’exemplarité de son parcours peuvent apparaître comme un hommage au non-conformisme et un appel à la tolérance.


Elizabeth Durot-Boucé est Professeur de Langue et Littérature anglaises à l’Université du Havre-Normandie. Son domaine de recherche englobe l’histoire des idées, la littérature et la traduction. Spécialiste du Siècle des Lumières, elle vient de publier Emily philosophe ou le Goût du plaisir. À l’ombre des Lumières, roman gothique et roman libertin.

Conférence de René Zimmer, jeudi 14 septembre 2017

Programme : Mémoire(s)

La mémoire vive de la tradition, moteur des arts et des littératures en PNG

Port Moresby est une cité champignon passée de 30 000 habitants en 1970 à 350 000 en 2017. Les villages de ce pays comptant 8 millions de personnes sont désertés au profit des quartiers périphériques de la grande ville et de son habitat précaire où viennent s’agglutiner quotidiennement de nouveaux conquérants. Les représentants des 800 ethnies aux 800 langues se retrouvent dans la cité. Pour communiquer, ils oublieront leur langue de village et parleront le tok pisin. Pour travailler, pour s’amuser, pour rêver, il leur faudra changer leur façon de voir le monde. Ici, il n’y a plus de terre à retourner ou de caféiers à planter, mais des usines à faire tourner et des mines à creuser ; plus de contes à rapporter, mais le journal et la télé ; plus de chasse ou de pêche pour manger, mais des supermarchés. Depuis les années 1970, le phénomène 10 000 ans en une seule vie s’emballe, et tous font le grand saut de (Albert Maori Kiki, 1968). Ici et là, des peintres prennent la ville à témoin, des poètes proclament leurs vérités, des dramaturges saisissent l’actualité, des romanciers exposent la société. Tous semblent écartelés, entre la tradition dont ils se sont nourris et la modernité qui les a séduits. Dans les peintures et les poèmes, dans les dessins et les romans, dans les affiches et les publicités, le vieux monde reste accroché au palimpseste des temps. Il est la mémoire latente, sous-jacente, active, du vieux peuple qui veut continuer à vivre dans le nouveau, tant il est vrai que les vieux ne meurent pas vraiment chez les Papous puisque leur esprit flotte dans la tribu pour l’éternité. Ces vieux-là sont vraiment là, à l’écoute, et on leur parle, on leur demande conseil, on les consulte pour les grandes décisions. Ils sont la mémoire vive des morts qui répondent. Ainsi, l’histoire moderne de la PNG ne peut se concevoir qu’en accord avec la mémoire des anciens, sans quoi on ne sait rien et on n’est rien. Les Papous écrivent leur histoire moderne à partir du terreau inépuisable de la tradition dont la modernité, la technologie et l’informatique ne sont que des avatars périphériques. Ma communication montrera que la mémoire de la tradition telle qu’elle se présente dans la littérature et les arts dans ce grand pays de culture est hautement fonctionnelle et favorise les émergences et les éclosions dans les tribus comme c’est le cas depuis la nuit des temps, quand bien même celles-ci se sont dispersées dans la grande ville.


René ZIMMER est Maître de conférences à l’université de la Nouvelle Calédonie. Membre de TROCA (TRajectoires d’OCéAnie), son domaine de recherche englobe la littérature américaine, l’art mélanésien et la traduction. Il a publié entre autres Réussir l’épreuve de traduction écrite au Capes, avec S. Jacquelin (2000), « The Animal as Magic Medium in Melanesian stories » in De la Nouvelle-Calédonie au Pacifique (L’Harmattan, 2009), « L’oiseau de paradis : auto portrait du peintre papou » in Mondes océaniens (L’Harmattan, 2010), « Le Casoar des contes et peintures papous » in Objet d’art et art de l’objet en Mélanésie (L’Harmattan, 2011).

 

Programme : Mémoire(s)

Jeudi 12 juillet 2018
Damien OLIVIER
To bits or not to bits

Jeudi 14 juin 2018
Gilles COUDERC
Mémoire et parabole dans les opéras de Benjamin Britten

Jeudi 17 mai 2018
Fanny DUTHIL
La mémoire et l’autobiographie aborigène

Jeudi 19 avril 2018
Jacqueline CHARLES-RAULT
Skin deep

Jeudi 15 février 2018
Lamia DZANOUNI-BROUSSE DE LABORDE
L’histoire croquée par le dessin de presse : De la mémoire sélective à la mémoire collective de la guerre de Sécession

Jeudi 14 décembre 2017
Dominique SMITH
Mémoire, réalité et les arts : une construction de l’identité dans les œuvres de Tracey Moffatt

Jeudi 16 novembre 2017
Elizabeth DUROT-BOUCE
Horace Walpole, Mémoires d’un jeune homme dérangé

Jeudi 14 septembre 2017 
René ZIMMER
La mémoire vive de la tradition, moteur des arts et des littératures en PNG

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search