Conférence de Fanny Duthil, jeudi 08 juin 2017

Programme : Les femmes et le pouvoir

Les Femmes aborigènes d’Australie et l’autobiographie

La littérature aborigène est relativement récente, étant apparue à la fin des années 1960. Parmi les genres littéraires les plus prisés par les Aborigènes se trouve l’autobiographie Il s’avère qu’entre 1970 et 2000, la grande majorité de ces récits de vie ont été écrits par des femmes. La culture traditionnelle aborigène mais aussi et surtout les politiques paternalistes des gouvernements australiens successifs sont autant d’éléments qui peuvent expliquer ce phénomène. À partir de leur récit de vie, deux générations de femmes expriment leurs difficultés, leur combat au quotidien dans l’Australie blanche de la première moitié du 20ème siècle. Elles donnent à travers leurs récits des clefs de compréhension de l’évolution sociétale, économique et culturelle du peuple premier d’Australie aujourd’hui.


Fanny Duthil est Maître de conférences à l’université du Havre – Normandie. Membre de l’UMR 6266-IDEES, ses thématiques de recherche se concentrent sur la construction identitaire, que ce soit l’identité singulière ou l’identité plurielle via divers supports tels que les récits de vie et les autobiographies, l’histoire orale, les récits de voyage. Le rôle de la mémoire dans la construction identitaire est également pris en compte. Ses thématiques se focalisent principalement sur l’Australie (et en moindre mesure sur la Nouvelle-Zélande). La composition multiculturelle de la société australienne fait de la dimension identitaire un réel challenge de la gestion de la diversité ethnique. Fanny Duthil a publié, entre autres, Histoire de femmes aborigènes (PUF 2006).

Conférence de René Zimmer, jeudi 19 mai 2017

Programme : Les femmes et le pouvoir

La femme dans tous ses états

Les rapports et études des anthropologues, sociologues et universitaires affichent le plus souvent la femme papoue en termes de brimade, de privation, d’exclusion et de spoliation. Il est vrai que les hommes occupent sans partage le devant de la scène : il n’y a aucune femme au Parlement de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et très peu de femmes sont chefs d’entreprises ou responsables au niveau du cadre. Pourtant, traditionnellement, dans les contes et légendes papoues, la femme est capable de transcender le rôle qui lui est d’ordinaire dévolu au service des enfants, des cochons et du jardin autour de la maison, pour s’affirmer dans tous les domaines. Elle excelle dans les métamorphoses et transformations et joue un grand rôle dans la vie du clan et de la tribu où elle est capable d’être en rupture quand sa liberté est en jeu. Elle partage même la notion très spécifique de conception avec les autres auteurs de son univers magique. Dans les représentations picturales, elle trouve de plus en plus sa place en tant qu’être indépendant jouissant de son libre arbitre. Dans les pièces et la poésie contemporaines, la femme commence à occuper le centre de la scène. C’est dans la jeune génération d’écrivains talentueux que les femmes « hybrides » peuvent trouver leur place et se reconnaître. Si la question de la dot payée par le prétendant pour l’accès à l’épouse (bride price) demeure centrale encore de nos jours, ma communication sera centrée moins sur les problématiques sociétales que sur les représentations littéraires et iconographiques au prisme des conteurs, des écrivains et des peintres.


René Zimmer est Maître de conférences à l’université de la Nouvelle Calédonie. Membre de TROCA (Trajectoires d’Océanie), son domaine de recherche englobe la littérature américaine, l’art mélanésien et la traduction. Il a publié entre autres Réussir l’épreuve de traduction écrite au Capes, avec S. Jacquelin (2000), « The Animal as Magic Medium in Melanesian stories » in De la Nouvelle-Calédonie au Pacifique (L’Harmattan, 2009), « L’oiseau de paradis : auto portrait du peintre papou » in Mondes océaniens (L’Harmattan, 2010), « Le Casoar des contes et peintures papous » in Objet d’art et art de l’objet en Mélanésie (L’Harmattan, 2011).

Conférence de Gilles Couderc, jeudi 23 mars 2017

Programme : Les femmes et le pouvoir

La Gloriana de Britten : déconstruction et reconstruction du mythe d’Elizabeth I

L’avènement de la jeune reine Elizabeth II en février 1952 après la mort de son père Georges VI entraîne inévitablement des parallèles avec la grande Elizabeth Tudor, dont le mythe s’édifie pendant l’époque victorienne et se diffuse dans la culture populaire grâce au cinéma des années 30. Pour le gouvernement Conservateur de Winston Churchill, le couronnement de la souveraine doit faire oublier l’austérité des années d’après-guerre et le démantèlement de l’empire britannique, et promouvoir un Nouvel Age élisabéthain qui mélange les traditions séculaires et la modernité et célèbre l’unité du royaume. Le tout jeune Arts Council qui apporte le soutien financier de l’état aux artistes, commande aux compositeurs de l’époque un recueil de madrigaux, la « Guirlande d’Oriana », ou « Une guirlande pour la Reine » en souvenir du livre de Thomas Morley The Triumphs of Oriana de 1601. C’est dans ce contexte que Benjamin Britten, pacifiste et homosexuel, propose d’écrire un opéra inclus dans les festivités du couronnement, Gloriana, un des noms de la grande reine dans The Faerie Queene, l’allégorie épique d’Edmund Spencer de 1596.

Mais si l’opéra évoque les formes et le langage de l’époque Tudor, c’est une Elizabeth vieillissante de fin de règne et ses amours avec le jeune comte d’Essex que Britten met en scène, inspiré par les théories freudiennes qui nourrissent la biographie iconoclaste de la reine par Lytton Strachey et sa rhétorique de l’hermaphrodite, proposant une relecture moderniste du mythe élisabéthain, ainsi déconstruit et reconstruit pour un Royaume-Uni à la recherche d’une nouvelle identité.


Gilles Couderc est Maître de conférences à l’université de Caen Normandie. Sa thèse de doctorat porte sur les livrets et la musique des opéras de Benjamin Britten, Des héros au singulier, les héros des opéras de Benjamin Britten (Sorbonne, 1999). Il a publié plusieurs articles sur les opéras et les œuvres de Britten et Ralph Vaughan Williams et organisé de nombreuses conférences à l’université de Caen sur les livrets d’opéra inspirés par le monde anglophone et en a édité les actes dans la revue électronique LISA. Il a co-édité avec J-P. Héberlé un numéro spécial de La Revue Française de Civilisation Britannique sur la musique et la construction de l’identité nationale anglaise: Musique, nation et identité : la renaissance de la musique anglaise, www.cercles.com/rfcb/, Vol. XVII-4

Conférence de Sophie Jorrand, jeudi 16 février 2017

Programme : Les femmes et le pouvoir

Femmes pirates,  transgression des rôles et inversion des genres, ici et ailleurs, XVIIe – XIXe siècle

Dans l’Europe de la première modernité, la femme est souvent vue comme faible, passive et docile, situation minorée que les femmes pirates et plus largement les aventurières semblent venir radicalement remettre en question. Femmes soldats, guerrières, amazones, souvent mais pas toujours travesties en hommes, leur présence dans le domaine maritime est encore plus rare et exceptionnelle que sur la terre ferme, et lorsque cette présence devient évidente, elle frappe nécessairement les esprits, par exemple au moment des procès de pirates. Anne Bonny, Mary Read et Rachel Wall rejoignent ainsi, dans l’histoire, puis dans la légende et enfin dans le mythe, Grace O’Malley, Jeanne de Belleville ou encore Mme Ching…


Sophie Jorrand est Maître de conférences à l’université de la Réunion. Membre de l’IHRIM Clermont-CNRS UMR, son domaine de recherche, centré sur le long XVIIIe siècle, englobe le récit de voyage (récit viatique et exploratoire, récit de piraterie et d’aventure maritime, récit d’épreuve, interculturalité et hétérologie) et le masculin-féminin (études de genre, écrits normatifs à l’usage des femmes, culture matérielle). Elle a publié des articles sur Daniel Defoe, William Dampier et Lionel Wafer, et a récemment co-dirigé Maternité, paternité, parentalité dans l’océan Indien et ailleurs (Université de la Réunion/Epica, 2015) avec Sophie Geoffroy, et Témoigner: flibuste, piraterie et autres courses, de la Renaissance aux Lumières (Presses Universitaires Blaise Pascal, 2015) avec Danièle Berton-Charrière et Monique Vénuat.

Conférence de Yann Bévant, jeudi 17 novembre 2016

Programme : Les femmes et le pouvoir

Femmes d’Irlande (Mná na hÉireann)

Le passé colonial fait que l’histoire de l’Irlande a fréquemment été un sujet de controverse, comme en témoigne la question de la Grande Famine au XIX e siècle. Derrière la question nationale, quel que soit l’angle d’analyse par lequel le passé irlandais a été abordé, on constate que jusqu’à la période contemporaine la part belle a le plus souvent été faite aux hommes, les femmes étant quasiment absentes du devant de la scène. Pourtant, depuis la légendaire reine Madbh juqu’aux présidences de Mary Robinson et Mary McAleese, on ne peut que constater que les femmes d’Irlande n’ont pas été de simples spectatrices et qu’elles ont activement participé à la construction et à l’évolution de l’identité nationale et de l’histoire irlandaise.


Yann Bévant est Maître de Conférences à l’université Rennes 2. 2e vice-président de la 11e section du CNU, il est également membre du bureau du NCFIS (National Centre for Franco-Irish Studies) de Dublin. Il est co-auteur et co-éditeur de nombreux ouvrages et revues, dont Études Irlandaises et Studies in Franco-Irish Relations. Ses thèmes de recherche concernent l’histoire et la société irlandaises contemporaines; les relations anglo-irlandaises, Irlande-Australie, Irlande-Bretagne; les représentations identitaires irlandaises, et l’Irlande du Nord.

Conférence d’Elizabeth Durot-Boucé, jeudi 03 novembre 2016

Programme : Les femmes et le pouvoir

Femmes des Lumières : maîtresses de l’ombre

If all Men are born Free, how is it that all Women are born slaves?” (Mary Astell, 1700). Au siècle des Lumières, le modèle de la société patriarcale veut que la femme se repose pour la conduite de son existence sur une autorité tutélaire, père, mari, frère, oncle. L’idéal féminin demeure au XVIIIe siècle la subordination et la timidité alors que l’individualisme est prôné pour les hommes. Certaines femmes éprouvent le désir de secouer ce joug, de quitter l’ombre et de sortir de l’invisibilité et elles cherchent à se donner les moyens de leur indépendance, se voulant maîtresses de leurs choix, délivrées des tutelles traditionnelles (paternelle, conjugale ou religieuse). Ainsi par exemple, faisant fi des convenances et des normes de la féminité de son époque et de sa classe sociale, Émilie Du Châtelet entreprend d’investir le domaine masculin de la science. Dans un autre domaine, rejetant la soumission et l’obéissance à la tradition, roman libertin et roman gothique manifestent un sursaut de révolte. Le désir subversif d’importance éprouvé par les femmes constitue une menace pour l’ordre social établi. C’est pourquoi on a pu qualifier Sade de révolutionnaire : il accorde une voix à celles qui sont culturellement réduites au silence. Sinon personnage principal de l’intrigue, assurément la femme occupe la scène sadienne. « Le marquis de Sade (…] avait sur la femme des idées particulières  et la voulait aussi libre que l’homme » (Apollinaire). Dans le roman libertin, se dessine la pensée des Lumières et ses promesses émancipatrices : la virilisation de l’héroïne concourt à cette entreprise de sape du modèle sociétal. Promesse de l’autonomie individuelle, promesse de la démocratie et promesse de l’émancipation des femmes. Car au tournant des Lumières, à l’impossible chacun se croit tenu.


Elizabeth Durot-Boucé est Professeur de Langue et Littérature anglaises à l’Université du Havre. Son domaine de recherche englobe l’histoire des idées, la littérature et la traduction. Spécialiste du Siècle des Lumières, elle a publié entre autres Les Sociétés minoritaires ou minorisées face à la globalisation : uniformisation, résistance ou renouveau, avec Yann Bévant et Isabella Borissova (2015) et elle vient d’éditer les actes du Colloque international Wrongdoing (2015). Elle travaille actuellement sur la transgression au XVIIIe siècle.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search