Conférence de René Zimmer, lundi 20 juin 2016

Programme : Minorités, Tradition et Modernité

Papou qui peint parle

La peinture contemporaine papoue est née en 1969 à Port Moresby, capitale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Avec pour salle d’exposition une centaine de mètres de trottoir, les peintres de rue présentent des toiles dites naïves qu’achètent les occidentaux de passage. Des oiseaux de paradis, des casoars, des masques, des avions, des scènes de la vie quotidienne, peuplent l’univers de ces peintres peu formatés qui appliquent sans relâche au travers de leurs œuvres multicolores le concept de ting ting bilong mi (ce que j’ai dans la tête). Il se trouve que le sens attribué aux représentations varie sensiblement selon que l’on se place du côté de l’acquéreur ou de l’artiste. Le Papou qui peint s’adresse à l’autre, mais créateur et contemplateur n’ont ni le même langage, ni les mêmes outils d’analyse. Ma communication visera à fournir des éléments susceptibles de mieux saisir cette éblouissante peinture du bout du monde.


René Zimmer est Maître de conférences à l’université de la Nouvelle Calédonie. Membre du CNEP (Centre des Nouvelles Études sur le Pacifique), son domaine de recherche englobe la littérature américaine, l’art mélanésien et la traduction. Il a publié entre autres Réussir l’épreuve de traduction écrite au Capes, avec S. Jacquelin (2000), « The Animal as Magic Medium in Melanesian stories » in De la Nouvelle-Calédonie au Pacifique (L’Harmattan, 2009), « L’oiseau de paradis : auto portrait du peintre papou » in Mondes océaniens (L’Harmattan, 2010), « Le Casoar des contes et peintures papous » in Objet d’art et art de l’objet en Mélanésie (L’Harmattan, 2011).

Conférence de Gwendal Denis, jeudi 10 mars 2016

Programme : Minorités, Tradition et Modernité

Le breton langue celtique

Le breton, quoique langue minorisée, est toujours utilisé quotidiennement par un quart de million de personnes en Basse-Bretagne, et s’utilise assez fréquemment dans des villes comme Rennes, St-Brieuc, Nantes alors qu’un demi-million au total disent le comprendre. Apprendre cette langue, c’est donc s’approprier un outil précieux pour comprendre la culture, voire l’histoire de la Bretagne armoricaine, et accéder à un mode d’expression en “version originale”, dont tous reconnaissent désormais l’égale dignité dans l’Europe des communautés, linguistiques et autres. Marqueur de l’identité positive, vecteur de solidarité avec les diverses minorités, le breton, comme la culture celtique, est l’un des outils d’identification de la péninsule. Parler populaire étonnamment vivace, seule langue celtique du continent européen, le breton est une langue de culture depuis le haut moyen-âge : le 1er texte en vieux-breton date du VIIIe siècle, et le 1er dictionnaire (breton, français, latin) du XVe siècle est le 1er ouvrage lexical multilingue de ce type imprimé en France. À une tradition littéraire orale très riche, sans oublier la fameuse “matière de Bretagne” du moyen-âge européen, s’ajoute, surtout au XXe siècle, une production écrite renouvelée, dans les genres les plus divers.


Gwendal Denis est Professeur des universités, enseignant au département de breton à l’université de Rennes 2, président de la section 73 du CNU (Cultures et Langues Régionales). Docteur en études celtiques, membre du CRBC (Centre de recherche bretonne et celtique), son domaine de recherche englobe linguistique, littérature et traduction. Enseignant-chercheur, traducteur, écrivain, éditeur, il a publié entre autres Le Breton pour les Nuls, avec H. Le Bihan (2009), Cultures, langues et imaginaires de l’arc Atlantique, avec Y. Bévant et H. Le Bihan (2010), Mémoire et trauma de la Grande Guerre Bretagne, Catalogne, Corse, Euskadi, Occitanie (2012), Le Celtisme et l’interceltisme aujourd’hui, avec Y. Bévant (2012).

Conférence d’Elizabeth Durot-Boucé, jeudi 21 janvier 2016

Programme : Minorités, Tradition et Modernité

Un nouveau Babel ? Communication et mondialisation

Avec la mondialisation et l’hégémonie de l’Internet, la communication n’est plus pensable à l’échelle d’une seule langue. La lingua franca de l’Internet, c’est le plurilinguisme, et, par voie de conséquence, la traduction. Pouvoir de la langue et langue du pouvoir : enjeux stratégiques de l’instauration d’une langue « planétaire », de disposer d’une langue commune universelle. Le tout-anglais controversé: le modèle du tout-anglais est remis en cause, aussi bien au Royaume-Uni qu’aux États-Unis. Polyglotte ou aphasique, voilà le choix qui attend la science. Le problème des langues est fondamental parce qu’il touche à l’identité des peuples. La domination quasi monopolistique d’une langue exclut le jeu des mots et des idées, alors qu’il est encouragé par les traductions, qui permettent de préciser l’expression de la pensée. Mondialisation et diversité linguistique obligent à s’intéresser aux enjeux de l’importance du plurilinguisme dans la communication scientifique et à la question de la virtualité d’une lingua franca (mythe et réalité d’une langue commune universelle) à la nécessité de la traduction comme médiation indispensable.


 Elizabeth Durot-Boucé est Professeur de Langue et Littérature anglaises à l’Université du Havre. Son domaine de recherche englobe l’histoire des idées, la littérature et la traduction. Spécialiste du Siècle des Lumières, elle a publié entre autres Les Sociétés minoritaires ou minorisées face à la globalisation : uniformisation, résistance ou renouveau, avec Yann Bévant et Isabella Borissova (2015) et elle vient d’éditer les actes du Colloque international Wrongdoing (2015). Elle travaille actuellement sur la transgression au XVIIIe siècle.

Conférence de Yann Bévant, vendredi 25 septembre 2015

Programme : Minorités, Tradition et Modernité

Le pub irlandais : tradition et modernité

Lieu traditionnellement associé à des rites sociaux et à des pratiques culturelles, le pub a joué son rôle dans la création d’un sentiment d’identité nationale en Irlande. Cependant les 40 dernières années ont vu l’Irlande changer sous l’influence de la mondialisation. Avec l’internationalisation des valeurs et des marqueurs culturels, bien des caractéristiques du pub irlandais traditionnel ont été mises sous pression, mais les principes qui le fondent sont toujours présents. Le pub a su conserver ses valeurs tout en s’adaptant aux temps nouveaux, et il fait la démonstration que tradition et modernité ne sont pas nécessairement des concepts conflictuels.


Yann Bévant est directeur du département d’anglais et directeur du centre d’études irlandaises de l’université Rennes 2 (EA CRBC 4451). 2e vice-président de la 11e section du CNU, il est également membre du bureau du NCFIS (National Centre for Franco-Irish Studies) de Dublin. Il est co-auteur et co-éditeur de nombreux ouvrages et revues, dont Études Irlandaises et Studies in Franco-Irish Relations. Ses thèmes de recherche concernent l’histoire et la société irlandaises contemporaines; les relations anglo-irlandaises, Irlande-Australie, Irlande-Bretagne; les représentations identitaires irlandaises, et l’Irlande du Nord.

Conférence de Jean Léo Léonard, vendredi 22 mai 2015

Programme : Minorités, Tradition et Modernité

L’enclave mixtèque de San Juan Coatzóspam dans le Canyon  de Cuicatlán : complexité structurale et interactions diasystémiques intramixtécanes

Jean Léo Léonard est Professeur des universités en Linguistique générale, Typologie et diversité des langues, à l’Université Paris-Sorbonne (Paris 4) et membre de l’IUF. Ses principaux axes de recherche sont la dialectologie générale et appliquée, la typologie linguistique et la sociolinguistique, ainsi que le contact de langue (critique raisonnée des Sprachbünde ou Unions linguistiques). Initialement formé comme romaniste (thèse de doctorat en dialectologie d’oïl, en 1991) et comme finno-ougriste (études de finnois et d’estonien à l’Inalco, 1981-1986), il n’a cessé de travailler sur ces domaines, tout en amorçant depuis 1999 une reconversion en tant que méso-américaniste, d’abord sur les langues mayas, puis sur le basque et enfin, sur les langues otomangues et le huave ou ombeayiüts (depuis 2009). Sur le plan des connaissances théoriques et des savoir-faire, il a opéré depuis 2001 un recentrage sur la morphologie flexionnelle, mais aussi sur la sociolinguistique du contact de langues, l’anthropologie linguistique et la didactique multilingue. Actuellement, il s’oriente vers un élargissement du champ disciplinaire, notamment à travers une collaboration avec des spécialistes de sciences de la complexité (modélisation et simulation, à l’aide de modèles mathématiques). Il s’engage de plus en plus résolument dans la recherche en typologie morphologique et morphosyntaxique, tout en gardant les acquis du métier de phonologue et de dialectologue.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search