Conférence de Jeanine Belgodere, jeudi 20 juin 2019

Programme : « Ombre(s) et lumière(s) »

 La lumière triomphant des ombres dans l’œuvre chorégraphique d’Isadora Duncan (1877-1927)

À l’orée du XXe siècle, Isadora Duncan, pionnière de la danse moderne, met à mal le ballet classique, tradition chorégraphique solidement implantée en Europe. En réaction contre le langage académique codifié dès le XVIIe siècle, Isadora entend restituer à cet art le lien à l’humanité, sa vitalité, sa spontanéité et sa noblesse d’antan, en puisant son inspiration dans la nature et dans l’art de la Grèce antique qu’elle revisite. La lumière s’associe à l’ouverture, la fluidité, la joie, la liberté et la renaissance. Son envers, l’ombre, recouvre toutes formes de pesanteurs : impossibilité de s’extraire du sol, chagrin, désespoir, servitude et oppression.

L’essence lumineuse des chorégraphies d’Isadora résulte d’un alliage d’éléments techniques, stylistiques et thématiques. Fluidité de la gestuelle et de la musique, éclairage doux, usage fréquent de tuniques légères, thèmes se conjuguent pour créer une esthétique nimbée de clarté. La danse d’Isadora n’en a pas moins sa part d’ombre : Danse des Furies (1910) est le solo inaugural d’une gestuelle ancrée dans le sol et investissant la face obscure de l’être. Après 1913, l’ensemble des chorégraphies gagne en gravité et en théâtralité. Ce glissement coïncide avec la tragédie de la disparition brutale des deux enfants d’Isadora. La dimension dramatique perdure dans les solos consacrés à la figure maternelle. Cependant, dans la plupart de ces oeuvres affleure l’espérance. Les dernières chorégraphies (1917-1924), issues de son expérience de l’après révolution en Union Soviétique, mettent en scène la traversée de l’ombre à la lumière. Cette évolution correspond au vécu d’Isadora et à sa confrontation avec les bouleversements de l’Histoire dont la danseuse, qui ne séparait pas son combat féministe de la révolution socialiste, a toujours été partie prenante. En dépit de l’incursion au coeur de la nuit, Isadora renouera, dans un mouvement circulaire, avec l’atmosphère de ses solos de jeunesse, le printemps et ses grâces. Dans ces danses habitées par la seule lumière transparaît l’aspiration à un monde édénique, lié au désir de voir éclore une société harmonieuse et fraternelle, annoncée par la danseuse de l’avenir, véritable proclamation féministe.


Jeanine Belgodere est Maître de conférences en anglais à l’Université Le Havre Normandie et membre du GRIC. Spécialiste de l’esthétique de la danse (États-Unis, Europe), elle met en évidence les rapports de la danse avec la société et les correspondances entre les arts. Elle est l’auteure de nombreux articles sur les figures majeures de la danse moderne, notamment Isadora Duncan (1877-1927) et Martha Graham (1894-1991). Les pratiques culturelles des Amérindiens, en particulier des communautés indiennes du Sud-Ouest américain, de même que l’œuvre des sculpteurs apaches chiricahua Allan Houser, Bob Haozous et Phillip Haozous constituent une autre dimension de sa recherche. Un ouvrage intitulé  Danses du maïs Pueblo, Vision du Monde  a été publié par les Éditions Les Indes Savantes (janvier 2016).

Conférence de Lamia Dzanouni-Brousse de Laborde, jeudi 16 mai 2019

Programme : « Ombre(s) et lumière(s) »

The Kourier vs The Crisis: from Whiteness to Blackness (1900-1930) 

Peaux noires, masques blancs: entre suprématie blanche et émergence d’une conscience noire. Au début du XXe siècle, le Ku Klux Klan vit une seconde naissance dans un contexte idéologique plus propice. Il rencontre alors un public acquis à sa cause et bénéficie d’une couverture médiatique significative. Si des journalistes condamnent les agissements de cette organisation, une large partie de la presse lui offre un soutien de taille. Se posant néanmoins en victimes des médias, les membres du Klan initient leurs propres publications.

Entre 1923 et 1924, The Kourier devient l’un des organes de presse officiel du Klan, jouissant d’une diffusion nationale. Les dessins publiés subliment le Klan qui se veut le guide d’une société ayant perdu ses repères. Les illustrations de propagande foisonnent, glorifiant divers membres de cette organisation, propageant une représentation stéréotypée de la population noire et des immigrés et défendant ainsi la suprématie blanche. Pourtant, à force de clichés montrant la sauvagerie, la barbarie et l’infériorité de la population noire, n’y a-t-il pas révélation des tentations obscures d’une population qui se prétend civilisée ? Alors que progresse le racisme, la riposte s’organise, notamment dans The Crisis. Une certaine presse émerge, portant le fer au cœur des luttes politiques et idéologiques. La charge est à la hauteur des persécutions subies : forte, intelligente et subtile. Le dessin, instrument du combat contre le racisme, s’efforce de reconstruire l’histoire noire sur le sol américain. La population noire s’insurge pour créer et imposer une contre image.


Lamia Dzanouni-Brousse de Laborde est Docteur de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur l’importance du dessin de presse dans le combat des Noirs pour leurs droits, dans une perspective à la fois américaine et française, lors de moments-clés entre la guerre de Sécession et le mouvement des droits civiques d’une part, et la France coloniale et les guerres de décolonisation d’autre part. Elle a publié, entre autres, “The Crisis and African American Literature 1919-1925: Writing History, Promoting Literature, Redefining Publishing” European Journal of American Studies ; « L’influence de la presse ou la presse sous influence(s) ? L’exemple du Harper’s Weekly (1857-1916) » Mentalités/Mentalities (2017) ; « Les presses noire et anticolonialiste : ‘Un art de débat, une [arme] de combat’ » Chemins de traverse (2018).

Conférence de Jacqueline Charles-Rault, jeudi 25 avril 2019

Programme : « Ombre(s) et lumière(s) »

Gods & Demons (Dieux et démons)

Lisa Reihana (descendante de Maoris) et Greg Semu (descendant de Samoans) sont des artistes contemporains reconnus de la scène d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Ils appartiennent à la même génération d’artistes qui ont grandi à Auckland à la fin des années 60 et au début des années 70.

Ils ont participé à la reconnaissance de l’art contemporain maori et de l’art du Pacifique au début des années 90. Jusqu’alors, les Maoris et artistes du Pacifique étaient seulement connus pour leur travail artisanal. La première exposition d’art contemporain du Pacifique, “Bottled Ocean”, au début des années 90, a favorisé l’émergence d’un nouvel art contemporain maori et issu du Pacifique, évoquant les habitants des îles du Pacifique. Cet événement ouvrit des portes à de nombreux artistes qui abordent le même motif principal : une quête d’identité personnelle et de leurs origines, dans un contexte urbain.

Lisa Reihana et Greg Semu ont joué un rôle important dans l’émergence de l’art contemporain du Pacifique au fil des années. Malgré leurs différences culturelles, leur approche dans leurs productions photographiques est similaire, comme dans le choix et le traitement des thèmes. Tous deux s’appuient sur des mises en scène et reprises de récits, nourris de références mythologiques, bibliques et historiques pour représenter leur culture et leur héritage.

Cette intervention permettra de parcourir des séries de photographies, réalisées par chacun des deux artistes, dans lesquelles chacun a travaillé sur la représentation des dieux et des démons.


Jacqueline Charles-Rault, Directrice du service culturel de l’Université Le Havre Normandie, PRAG d’anglais à l’UFR ST, membre permanente du GRIC, est docteur de l’ULHN. Sa thèse étudie la pratique artistique de quatre artistes Maori contemporaines. Son domaine de recherche englobe l’art contemporain du Pacifique, plus particulièrement des artistes de Nouvelle-Zélande et porte principalement sur les femmes Maori. Membre du bureau de Pacific Arts Association (PAA), Jacqueline est co-rédactrice en chef de PAA Newsletter.

Conférence de Jean-Pierre Naugrette, vendredi 15 mars 2019

Programme : « Ombre(s) et lumière(s) »

« Une Maison d’ombres et de mystère » : lecture coloniale et pathologique de “L’Aventure du soldat blafard” de
Sir Arthur Conan Doyle

Lecture coloniale et pathologique de « L’Aventure du soldat blafard » de Sir Arthur Conan Doyle (“The Adventure of the Blanched Soldier”, The Case Book of Sherlock Holmes).

Privé de Watson, Sherlock Holmes est invité à se rendre dans une étrange demeure, Tuxbury Old Hall, dans laquelle un jeune vétéran de la guerre des Boers est semble-t-il séquestré. Quelle est la pathologie dont souffre Godfrey Emsworth dont le visage, collé contre la vitre, apparaît singulièrement blafard? Les valeurs gothiques de cette étrange maison sont ici mises au service d’une problématique relevant de ce que l’on pourrait appeler une pathologie coloniale, dans le contexte contemporain de la guerre des Boers, à laquelle Conan Doyle avait participé en tant que médecin.


Jean-Pierre Naugrette est Professeur de littérature anglaise à l’Institut du Monde Anglophone (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3). Spécialiste d’Arthur Conan Doyle et de Robert Louis Stevenson, il est aussi traducteur et romancier. Il a traduit Le Chien des Baskerville de Conan Doyle (Gallimard), L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde et Le Creux de la vague de Stevenson, de même que des classiques des littératures britannique et américaine. Il a publié cinq romans et un recueil de nouvelles.

Conférence de Gilles Couderc, jeudi 14 février 2019

Programme : “Ombre(s) et lumière(s)”

Manière noire : Wilfred Owen, Benjamin Britten et les récits de Xavier Hanotte. Jeux de miroir, jeux de mémoire

Manière noire est le titre du premier roman de Xavier Hanotte, romancier, traducteur et dramaturge belge d’expression française, auteur de plusieurs récits évoquant la Grande Guerre.

Ce procédé de gravure permet d’obtenir des niveaux de gris sans recourir aux hachures et aux pointillés, les formes passant de l’ombre à la lumière. Le roman met en scène Barthélemy Dussert, inspecteur de police et traducteur de Wilfred Owen, le poète anglais le plus célèbre de la Grande Guerre, protagoniste du War Requiem de Benjamin Britten, dans une enquête où l’impérieuse nécessité de la mémoire historique se mêle aux souvenirs personnels de Dussert. Cette présentation vise à éclairer les jeux de miroir et de mémoire entre Wilfred Owen, Benjamin Britten, et les récits de Xavier Hanotte, dans une œuvre habitée par la mémoire du premier conflit mondial qui combine réalisme et poésie.


Gilles Couderc est Maître de conférences à l’université de Caen Normandie. Sa thèse de doctorat porte sur les livrets et la musique des opéras de Benjamin Britten, Des héros au singulier, les héros des opéras de Benjamin Britten (Sorbonne, 1999). Il a publié plusieurs articles sur les opéras et les œuvres de Britten et Ralph Vaughan Williams et organisé de nombreuses conférences à l’université de Caen sur les livrets d’opéra inspirés par le monde anglophone et en a édité les actes dans la revue électronique LISA. Il a co-édité avec J-P. Héberlé un numéro spécial de La Revue Française de Civilisation Britannique sur la musique et la construction de l’identité nationale anglaise: Musique, nation et identité : la renaissance de la musique anglaise, www.cercles.com/rfcb/, Vol. XVII-4

Conférence de Dominique Smith, jeudi 13 décembre 2018

Programme : “Ombre(s) et lumière(s)”

Du nocturne en peinture

La nuit est-elle un besoin de fuite, le besoin de se désolidariser du chaos quotidien, de l’immédiatement visible, un refuge, une quête de soi, ou un champ d’investigation ?

La nuit procure l’isolement, une forme de remède aux troubles mélancoliques de l’artiste romantique, un climat privilégié pour l’artiste en quête de repli. Le paysage nocturne romantique a atténué voire écarté la présence humaine, comme si la nuit proposait de dépasser le principe d’individuation. Cependant, le paradoxe de l’effacement de soi conduit à une réconciliation avec soi : le paysage nocturne apaise si l’on fait un avec la nature dans une attitude contemplative. Dans le paysage nocturne, l’être humain perd sa maîtrise de l’environnement, et son orgueil s’amoindrit.

La sérénité de certains paysages provient d’une forme de silence fait en soi, la nuit relie et permet de ne faire qu’un avec le tout. L’absence totale ou implicite de l’humain est favorable pour communiquer avec ce qui est plus grand que soi. Les paysages nocturnes à peine peuplés ou entièrement déserts, renvoient au désencombrement, au panoramique, à la démesure, à la solitude. Le paysage nocturne vaste et vide peut apaiser le désarroi, il peut être fascinant sans écraser celui qui regarde, mais il peut aussi effrayer et inscrire les œuvres dans le sublime.


Dominique Smith est PRAG d’anglais à l’Université Le Havre-Normandie. Directrice du département d’anglais et Vice-Doyen de la FAI, son domaine de recherche englobe les arts et la littérature d’Australie et de Nouvelle-Zélande.

Conférence d’Elizabeth Durot-Boucé, jeudi 22 novembre 2018

Programme : “Ombre(s) et lumière(s)”

Ombres des Lumières : le revenant et le retour du refoulé

L’ombre – fantôme, spectre, revenant – existe dans la littérature, dans les mythologies et les légendes, dans l’imagination des hommes, depuis des millénaires. Le thème du défunt qui a été victime d’un refoulement familial ou social et qui de ce fait ne peut trouver de statut même dans la mort, est omniprésent dans toutes les cultures et dans toutes les civilisations. Le réveil glorieux des spectres en pleine époque des Lumières peut paraître de prime abord paradoxal. Le spectre qui hantait les légendes, qui arpentait les planches du théâtre élisabéthain et jacobéen, finit par revenir sur le devant de la scène à la fin du XVIIIe siècle pour achever son apothéose un siècle plus tard, avec Bram Stoker, qui donne à son célèbre roman le nom du revenant, Dracula. Par définition ni vivant ni mort, être hybride entre deux mondes, entre réalité et imagination, le spectre appartient bien au gothique, genre qui se définit précisément par l’entre-deux. Le spectre resurgit des ténèbres humides du tombeau de la même façon que le secret enfoui par l’inconscient au plus profond de l’âme humaine, sous l’effet du mécanisme du refoulement, finit par refaire surface à l’occasion d’un événement catalyseur. Si l’on craint le fantôme (comme Madame du Deffant l’exprime si spirituellement), c’est que l’on redoute en réalité le retour à la surface d’éléments enfouis, de secrets terribles qui ont été ensevelis parce qu’ils menaçaient l’ordre des choses.


Elizabeth Durot-Boucé est Professeur de Langue et Littérature anglaises à l’Université Le Havre-Normandie. Son domaine de recherche englobe l’histoire des idées, la littérature et la traduction. Spécialiste du Siècle des Lumières, elle vient de publier Emily philosophe ou le Goût du plaisir. À l’ombre des Lumières, roman gothique et roman libertin (2017) et Chemins de traverse (2018).

Conférence de Fanny Duthil, jeudi 08 juin 2017

Programme : Les femmes et le pouvoir

Les Femmes aborigènes d’Australie et l’autobiographie

La littérature aborigène est relativement récente, étant apparue à la fin des années 1960. Parmi les genres littéraires les plus prisés par les Aborigènes se trouve l’autobiographie Il s’avère qu’entre 1970 et 2000, la grande majorité de ces récits de vie ont été écrits par des femmes. La culture traditionnelle aborigène mais aussi et surtout les politiques paternalistes des gouvernements australiens successifs sont autant d’éléments qui peuvent expliquer ce phénomène. À partir de leur récit de vie, deux générations de femmes expriment leurs difficultés, leur combat au quotidien dans l’Australie blanche de la première moitié du 20ème siècle. Elles donnent à travers leurs récits des clefs de compréhension de l’évolution sociétale, économique et culturelle du peuple premier d’Australie aujourd’hui.


Fanny Duthil est Maître de conférences à l’université du Havre – Normandie. Membre de l’UMR 6266-IDEES, ses thématiques de recherche se concentrent sur la construction identitaire, que ce soit l’identité singulière ou l’identité plurielle via divers supports tels que les récits de vie et les autobiographies, l’histoire orale, les récits de voyage. Le rôle de la mémoire dans la construction identitaire est également pris en compte. Ses thématiques se focalisent principalement sur l’Australie (et en moindre mesure sur la Nouvelle-Zélande). La composition multiculturelle de la société australienne fait de la dimension identitaire un réel challenge de la gestion de la diversité ethnique. Fanny Duthil a publié, entre autres, Histoire de femmes aborigènes (PUF 2006).

Conférence de René Zimmer, jeudi 19 mai 2017

Programme : Les femmes et le pouvoir

La femme dans tous ses états

Les rapports et études des anthropologues, sociologues et universitaires affichent le plus souvent la femme papoue en termes de brimade, de privation, d’exclusion et de spoliation. Il est vrai que les hommes occupent sans partage le devant de la scène : il n’y a aucune femme au Parlement de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et très peu de femmes sont chefs d’entreprises ou responsables au niveau du cadre. Pourtant, traditionnellement, dans les contes et légendes papoues, la femme est capable de transcender le rôle qui lui est d’ordinaire dévolu au service des enfants, des cochons et du jardin autour de la maison, pour s’affirmer dans tous les domaines. Elle excelle dans les métamorphoses et transformations et joue un grand rôle dans la vie du clan et de la tribu où elle est capable d’être en rupture quand sa liberté est en jeu. Elle partage même la notion très spécifique de conception avec les autres auteurs de son univers magique. Dans les représentations picturales, elle trouve de plus en plus sa place en tant qu’être indépendant jouissant de son libre arbitre. Dans les pièces et la poésie contemporaines, la femme commence à occuper le centre de la scène. C’est dans la jeune génération d’écrivains talentueux que les femmes « hybrides » peuvent trouver leur place et se reconnaître. Si la question de la dot payée par le prétendant pour l’accès à l’épouse (bride price) demeure centrale encore de nos jours, ma communication sera centrée moins sur les problématiques sociétales que sur les représentations littéraires et iconographiques au prisme des conteurs, des écrivains et des peintres.


René Zimmer est Maître de conférences à l’université de la Nouvelle Calédonie. Membre de TROCA (Trajectoires d’Océanie), son domaine de recherche englobe la littérature américaine, l’art mélanésien et la traduction. Il a publié entre autres Réussir l’épreuve de traduction écrite au Capes, avec S. Jacquelin (2000), « The Animal as Magic Medium in Melanesian stories » in De la Nouvelle-Calédonie au Pacifique (L’Harmattan, 2009), « L’oiseau de paradis : auto portrait du peintre papou » in Mondes océaniens (L’Harmattan, 2010), « Le Casoar des contes et peintures papous » in Objet d’art et art de l’objet en Mélanésie (L’Harmattan, 2011).

Conférence de Gilles Couderc, jeudi 23 mars 2017

Programme : Les femmes et le pouvoir

La Gloriana de Britten : déconstruction et reconstruction du mythe d’Elizabeth I

L’avènement de la jeune reine Elizabeth II en février 1952 après la mort de son père Georges VI entraîne inévitablement des parallèles avec la grande Elizabeth Tudor, dont le mythe s’édifie pendant l’époque victorienne et se diffuse dans la culture populaire grâce au cinéma des années 30. Pour le gouvernement Conservateur de Winston Churchill, le couronnement de la souveraine doit faire oublier l’austérité des années d’après-guerre et le démantèlement de l’empire britannique, et promouvoir un Nouvel Age élisabéthain qui mélange les traditions séculaires et la modernité et célèbre l’unité du royaume. Le tout jeune Arts Council qui apporte le soutien financier de l’état aux artistes, commande aux compositeurs de l’époque un recueil de madrigaux, la « Guirlande d’Oriana », ou « Une guirlande pour la Reine » en souvenir du livre de Thomas Morley The Triumphs of Oriana de 1601. C’est dans ce contexte que Benjamin Britten, pacifiste et homosexuel, propose d’écrire un opéra inclus dans les festivités du couronnement, Gloriana, un des noms de la grande reine dans The Faerie Queene, l’allégorie épique d’Edmund Spencer de 1596.

Mais si l’opéra évoque les formes et le langage de l’époque Tudor, c’est une Elizabeth vieillissante de fin de règne et ses amours avec le jeune comte d’Essex que Britten met en scène, inspiré par les théories freudiennes qui nourrissent la biographie iconoclaste de la reine par Lytton Strachey et sa rhétorique de l’hermaphrodite, proposant une relecture moderniste du mythe élisabéthain, ainsi déconstruit et reconstruit pour un Royaume-Uni à la recherche d’une nouvelle identité.


Gilles Couderc est Maître de conférences à l’université de Caen Normandie. Sa thèse de doctorat porte sur les livrets et la musique des opéras de Benjamin Britten, Des héros au singulier, les héros des opéras de Benjamin Britten (Sorbonne, 1999). Il a publié plusieurs articles sur les opéras et les œuvres de Britten et Ralph Vaughan Williams et organisé de nombreuses conférences à l’université de Caen sur les livrets d’opéra inspirés par le monde anglophone et en a édité les actes dans la revue électronique LISA. Il a co-édité avec J-P. Héberlé un numéro spécial de La Revue Française de Civilisation Britannique sur la musique et la construction de l’identité nationale anglaise: Musique, nation et identité : la renaissance de la musique anglaise, www.cercles.com/rfcb/, Vol. XVII-4

Conférence de Sophie Jorrand, jeudi 16 février 2017

Programme : Les femmes et le pouvoir

Femmes pirates,  transgression des rôles et inversion des genres, ici et ailleurs, XVIIe – XIXe siècle

Dans l’Europe de la première modernité, la femme est souvent vue comme faible, passive et docile, situation minorée que les femmes pirates et plus largement les aventurières semblent venir radicalement remettre en question. Femmes soldats, guerrières, amazones, souvent mais pas toujours travesties en hommes, leur présence dans le domaine maritime est encore plus rare et exceptionnelle que sur la terre ferme, et lorsque cette présence devient évidente, elle frappe nécessairement les esprits, par exemple au moment des procès de pirates. Anne Bonny, Mary Read et Rachel Wall rejoignent ainsi, dans l’histoire, puis dans la légende et enfin dans le mythe, Grace O’Malley, Jeanne de Belleville ou encore Mme Ching…


Sophie Jorrand est Maître de conférences à l’université de la Réunion. Membre de l’IHRIM Clermont-CNRS UMR, son domaine de recherche, centré sur le long XVIIIe siècle, englobe le récit de voyage (récit viatique et exploratoire, récit de piraterie et d’aventure maritime, récit d’épreuve, interculturalité et hétérologie) et le masculin-féminin (études de genre, écrits normatifs à l’usage des femmes, culture matérielle). Elle a publié des articles sur Daniel Defoe, William Dampier et Lionel Wafer, et a récemment co-dirigé Maternité, paternité, parentalité dans l’océan Indien et ailleurs (Université de la Réunion/Epica, 2015) avec Sophie Geoffroy, et Témoigner: flibuste, piraterie et autres courses, de la Renaissance aux Lumières (Presses Universitaires Blaise Pascal, 2015) avec Danièle Berton-Charrière et Monique Vénuat.

Conférence de Yann Bévant, jeudi 17 novembre 2016

Programme : Les femmes et le pouvoir

Femmes d’Irlande (Mná na hÉireann)

Le passé colonial fait que l’histoire de l’Irlande a fréquemment été un sujet de controverse, comme en témoigne la question de la Grande Famine au XIX e siècle. Derrière la question nationale, quel que soit l’angle d’analyse par lequel le passé irlandais a été abordé, on constate que jusqu’à la période contemporaine la part belle a le plus souvent été faite aux hommes, les femmes étant quasiment absentes du devant de la scène. Pourtant, depuis la légendaire reine Madbh juqu’aux présidences de Mary Robinson et Mary McAleese, on ne peut que constater que les femmes d’Irlande n’ont pas été de simples spectatrices et qu’elles ont activement participé à la construction et à l’évolution de l’identité nationale et de l’histoire irlandaise.


Yann Bévant est Maître de Conférences à l’université Rennes 2. 2e vice-président de la 11e section du CNU, il est également membre du bureau du NCFIS (National Centre for Franco-Irish Studies) de Dublin. Il est co-auteur et co-éditeur de nombreux ouvrages et revues, dont Études Irlandaises et Studies in Franco-Irish Relations. Ses thèmes de recherche concernent l’histoire et la société irlandaises contemporaines; les relations anglo-irlandaises, Irlande-Australie, Irlande-Bretagne; les représentations identitaires irlandaises, et l’Irlande du Nord.

Conférence d’Elizabeth Durot-Boucé, jeudi 03 novembre 2016

Programme : Les femmes et le pouvoir

Femmes des Lumières : maîtresses de l’ombre

If all Men are born Free, how is it that all Women are born slaves?” (Mary Astell, 1700). Au siècle des Lumières, le modèle de la société patriarcale veut que la femme se repose pour la conduite de son existence sur une autorité tutélaire, père, mari, frère, oncle. L’idéal féminin demeure au XVIIIe siècle la subordination et la timidité alors que l’individualisme est prôné pour les hommes. Certaines femmes éprouvent le désir de secouer ce joug, de quitter l’ombre et de sortir de l’invisibilité et elles cherchent à se donner les moyens de leur indépendance, se voulant maîtresses de leurs choix, délivrées des tutelles traditionnelles (paternelle, conjugale ou religieuse). Ainsi par exemple, faisant fi des convenances et des normes de la féminité de son époque et de sa classe sociale, Émilie Du Châtelet entreprend d’investir le domaine masculin de la science. Dans un autre domaine, rejetant la soumission et l’obéissance à la tradition, roman libertin et roman gothique manifestent un sursaut de révolte. Le désir subversif d’importance éprouvé par les femmes constitue une menace pour l’ordre social établi. C’est pourquoi on a pu qualifier Sade de révolutionnaire : il accorde une voix à celles qui sont culturellement réduites au silence. Sinon personnage principal de l’intrigue, assurément la femme occupe la scène sadienne. « Le marquis de Sade (…] avait sur la femme des idées particulières  et la voulait aussi libre que l’homme » (Apollinaire). Dans le roman libertin, se dessine la pensée des Lumières et ses promesses émancipatrices : la virilisation de l’héroïne concourt à cette entreprise de sape du modèle sociétal. Promesse de l’autonomie individuelle, promesse de la démocratie et promesse de l’émancipation des femmes. Car au tournant des Lumières, à l’impossible chacun se croit tenu.


Elizabeth Durot-Boucé est Professeur de Langue et Littérature anglaises à l’Université du Havre. Son domaine de recherche englobe l’histoire des idées, la littérature et la traduction. Spécialiste du Siècle des Lumières, elle a publié entre autres Les Sociétés minoritaires ou minorisées face à la globalisation : uniformisation, résistance ou renouveau, avec Yann Bévant et Isabella Borissova (2015) et elle vient d’éditer les actes du Colloque international Wrongdoing (2015). Elle travaille actuellement sur la transgression au XVIIIe siècle.

Conférence de René Zimmer, lundi 20 juin 2016

Programme : Minorités, Tradition et Modernité

Papou qui peint parle

La peinture contemporaine papoue est née en 1969 à Port Moresby, capitale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Avec pour salle d’exposition une centaine de mètres de trottoir, les peintres de rue présentent des toiles dites naïves qu’achètent les occidentaux de passage. Des oiseaux de paradis, des casoars, des masques, des avions, des scènes de la vie quotidienne, peuplent l’univers de ces peintres peu formatés qui appliquent sans relâche au travers de leurs œuvres multicolores le concept de ting ting bilong mi (ce que j’ai dans la tête). Il se trouve que le sens attribué aux représentations varie sensiblement selon que l’on se place du côté de l’acquéreur ou de l’artiste. Le Papou qui peint s’adresse à l’autre, mais créateur et contemplateur n’ont ni le même langage, ni les mêmes outils d’analyse. Ma communication visera à fournir des éléments susceptibles de mieux saisir cette éblouissante peinture du bout du monde.


René Zimmer est Maître de conférences à l’université de la Nouvelle Calédonie. Membre du CNEP (Centre des Nouvelles Études sur le Pacifique), son domaine de recherche englobe la littérature américaine, l’art mélanésien et la traduction. Il a publié entre autres Réussir l’épreuve de traduction écrite au Capes, avec S. Jacquelin (2000), « The Animal as Magic Medium in Melanesian stories » in De la Nouvelle-Calédonie au Pacifique (L’Harmattan, 2009), « L’oiseau de paradis : auto portrait du peintre papou » in Mondes océaniens (L’Harmattan, 2010), « Le Casoar des contes et peintures papous » in Objet d’art et art de l’objet en Mélanésie (L’Harmattan, 2011).

Conférence de Gwendal Denis, jeudi 10 mars 2016

Programme : Minorités, Tradition et Modernité

Le breton langue celtique

Le breton, quoique langue minorisée, est toujours utilisé quotidiennement par un quart de million de personnes en Basse-Bretagne, et s’utilise assez fréquemment dans des villes comme Rennes, St-Brieuc, Nantes alors qu’un demi-million au total disent le comprendre. Apprendre cette langue, c’est donc s’approprier un outil précieux pour comprendre la culture, voire l’histoire de la Bretagne armoricaine, et accéder à un mode d’expression en “version originale”, dont tous reconnaissent désormais l’égale dignité dans l’Europe des communautés, linguistiques et autres. Marqueur de l’identité positive, vecteur de solidarité avec les diverses minorités, le breton, comme la culture celtique, est l’un des outils d’identification de la péninsule. Parler populaire étonnamment vivace, seule langue celtique du continent européen, le breton est une langue de culture depuis le haut moyen-âge : le 1er texte en vieux-breton date du VIIIe siècle, et le 1er dictionnaire (breton, français, latin) du XVe siècle est le 1er ouvrage lexical multilingue de ce type imprimé en France. À une tradition littéraire orale très riche, sans oublier la fameuse “matière de Bretagne” du moyen-âge européen, s’ajoute, surtout au XXe siècle, une production écrite renouvelée, dans les genres les plus divers.


Gwendal Denis est Professeur des universités, enseignant au département de breton à l’université de Rennes 2, président de la section 73 du CNU (Cultures et Langues Régionales). Docteur en études celtiques, membre du CRBC (Centre de recherche bretonne et celtique), son domaine de recherche englobe linguistique, littérature et traduction. Enseignant-chercheur, traducteur, écrivain, éditeur, il a publié entre autres Le Breton pour les Nuls, avec H. Le Bihan (2009), Cultures, langues et imaginaires de l’arc Atlantique, avec Y. Bévant et H. Le Bihan (2010), Mémoire et trauma de la Grande Guerre Bretagne, Catalogne, Corse, Euskadi, Occitanie (2012), Le Celtisme et l’interceltisme aujourd’hui, avec Y. Bévant (2012).
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search